In: Définitions
Un logement peut enregistrer d’importantes variations de température en fonction de la qualité de son isolation mais aussi de son inertie thermique. Ses effets bénéfiques pour votre confort sont avérés depuis longtemps. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

Définition de l’inertie thermique

L’inertie thermique d’un bâtiment peut être définie comme sa capacité à stocker la chaleur puis à la conserver et enfin à la restituer. De ce fait, lorsqu’elle est élevée, votre logement met plus de temps à se refroidir l’hiver et au contraire, plus de temps avant de se réchauffer l’été. Elle permet donc un décalage par rapport aux températures extérieures.

Ce sont les matériaux utilisés lors de la construction du bâtiment qui déterminent la qualité de l’inertie. En effet, chacun a des capacités différentes qui sont exprimées en joules rapportés au volume du matériau (m²) pour une variation de température d’un degré nommée Kelvin. Ainsi, pour le béton, elle est de 2 400 à 2 610 kJ/m².k alors que pour la brique alvéolée, elle n’est que de 580 kJ/m².K. C’est la pierre qui a la valeur d’inertie la plus élevée. Elle est de 2 520 à 2 790 kJ/m².K.

Comment fonctionne-t-elle ?

Le matériau de votre construction, lorsqu’il est doté d’une bonne inertie thermique, emmagasine la chaleur. Et, lorsque vous coupez votre chauffage, il restitue cette chaleur emmagasinée. De cette façon, il vous permet de bénéficier d’une source de chauffage gratuite. En effet, lorsque le soleil irradie sur les murs de votre maison, une partie de la chaleur ainsi créée est absorbée par le matériau. Lorsqu’une variation de température se produit, les parois se réchauffent en absorbant une partie de cette énergie reçue. D’où l’importance de bien choisir le matériau de construction de votre logement car tous ne sont pas en mesure d’emmagasiner la même quantité de chaleur sur un temps donné similaire.

En la matière, il faut savoir que plus il est léger plus il est isolant mais moins ses performances en termes d’inertie thermique sont bonnes.

Pour que cela fonctionne, il faut que la température ambiante soit moins élevée que celle du matériau. À l’inverse, la fraîcheur durant l’été est restituée dès que la température intérieure est supérieure à celle de l’extérieur.

Les avantages à avoir un matériau qui stocke et restitue la chaleur

Une maison qui restitue la chaleur lorsque la température baisse vous permet de réaliser des économies d’énergie et donc de faire baisser votre facture de chauffage. Les apports solaires en hiver peuvent atteindre 7,5 kW. Cela permet d’obtenir 35 kWh d’énergie passive. De cette façon, vous avez moins besoin d’allumer votre chauffage et vous réalisez des économies.

De même, si vous disposez d’une climatisation, avec une bonne inertie thermique, vous aurez moins besoin de l’utiliser grâce au déphasage thermique. Il s’agit de la capacité de votre matériau à ralentir les transferts de chaleur. Les murs de votre maison vont emmagasiner la fraîcheur de la nuit pour la restituer tout au long de la journée. Vous ressentez ainsi moins la chaleur, ce qui réduit les utilisations de la climatisation ou vous permet de moins être gênés par la chaleur au cours de la journée. Le déphasage thermique peut ainsi durer jusqu’à 12 heures.

Les techniques pour améliorer cette restitution de la chaleur

Pour accroître l’inertie thermique de votre logement, des solutions existent comme :

  • Placer une vitre en surélévation du mur en trombe (en pierres, en béton ou en briques) pour créer un effet de serre.
  • Privilégier une isolation par l’extérieur notamment pour des murs en pierres.
  • Un mur masse placé au nord absorbe la chaleur pour la restituer la nuit.